Systèmes de management de la sécurité au travail: quelle plus-value?

Cela fait trente ans que les entreprises ont adopté des systèmes de management formels destinés à gérer différents aspects, comme le bien-être au travail. Mais quelle est la plus-value de tous ces systèmes en la matière? Quels sont leurs avantages et leurs inconvénients? Et dans quels cas est la mise en place d’un système de management formel déconseillée?
Dernière modification:
©:

preventFocus 10/2020
auteur: Prof. ém. Jan Van Peteghem, Faculté des Sciences de l’Ingénieur à la KU Leuven

Avantages

De nombreux auteurs occidentaux (1) soulignent de façon souvent intuitive (2) les avantages d’un système de management de la sécurité:

  • réduction des accidents et des incidents du travail (influence la bonne réputation de l'entreprise);
  • amélioration constante de la qualité du travail et de la sécurité au travail;
  • approche systématique du bien-être, de la santé et de la sécurité des travailleurs;
  • évolution de la politique de bien-être et de sécurité jusqu'à l'excellence;
  • maîtrise des coûts liés aux accidents, aux maladies, au stress, au burnout etc.;
  • renforcement de la motivation des travailleurs;
  • évaluation formelle (interne ou externe) de la politique en matière de bien-être au travail;
  • point ‘sécurité et bien-être au travail’ abordé à différents niveaux de l’entreprise;
  • appel au sens des responsabilités des travailleurs;
  • adoption d’approches innovantes de la sécurité favorisée;
  • maîtrise des dangers et des risques par une démarche proactive (et non plus réactive);
  • gestion maîtrisée des exigences légales applicables à l'entreprise (évite amendes et frais juridiques);
  • réduction des coûts liés aux assurances dans certains cas;
  • moins de rotation du personnel et moins d’absentéisme;
  • les entreprises pourraient apprendre les unes des autres via la création d’une plateforme axée sur le management de la sécurité, ce qui profitera au niveau de sécurité global de toutes les entreprises;
  • possibilité de réduire au maximum les retards de production.

Inconvénients

Un système de management de la sécurité comporte aussi quelques inconvénients:

  • Il faut du temps et des moyens à consacrer à la mise en œuvre du système;
  • Organiser le suivi du système de management nécessite aussi des moyens financiers;
  • Davantage de documents sont nécessaires dans le cadre de la mise en œuvre (paperasserie);
  • Il existe une tendance à suivre aveuglement les obligations formelles lors de la découverte de non-conformités à la législation.

Impact des systèmes de management de la sécurité

Des études sur l’impact des systèmes de management de la sécurité (souvent basés sur la norme OHSAS 18001) dans les entreprises ont été menées dans différents pays. En voici quelques résultats.

Norvège

Une étude (3) menée en Norvège auprès de 226 garages (PME) a voulu savoir si le système de management de la sécurité national obligatoire (Internal Control Regulations) y améliorait la perception de la sécurité. Les chercheurs ont interrogé 721 ouvriers à un an d’intervalle. Le système de management de la sécurité s’est avéré avoir une influence positive sur la satisfaction des travailleurs, le soutien des collègues et la participation aux activités professionnelles liées à la sécurité. L’étude a aussi montré un effet favorable sur les facteurs psychosociaux et les comportements de sécurité, de même qu’une diminution des douleurs musculaires chez les travailleurs. Les plus petites entreprises avaient moins progressé dans la mise en œuvre du système de management; beaucoup de petites entreprises n’avaient pas du tout instauré le système.

Espagne

Une autre étude (4) s’est intéressée à la culture de sécurité dans 131 entreprises espagnoles certifiées OHSAS 18001. L’étude visait l’identification des facteurs caractérisant une bonne culture de sécurité. Les résultats montrent que la communication et l’investissement du management dans les entreprises certifiées OHSAS influent fortement sur les résultats en matière de sécurité au travail, de satisfaction des travailleurs et de compétitivité. La mise en place d’un système de management de la sécurité et l’obtention d’un certificat OHSAS ne sont donc pas l’aboutissement d’un trajet de sécurité, mais bien le début de l’optimisation de la culture de sécurité. Ce n’est qu’un pas vers un objectif plus grand: améliorer la culture de sécurité en renforçant la communication entre responsables hiérarchiques et travailleurs, de même que l’implication de part et d’autre.

Iran

Il pourrait être intéressant aussi d’étudier la différence de culture de sécurité existant entre les entreprises certifiées OHSAS 18001 et les autres. Une étude iranienne (5) menée auprès de quelques entreprises (trois certifiées et trois non-certifiées) l’a fait. Il en ressort que la mise en place d’un système de management de la sécurité basé sur la norme OHSAS 18001 influence favorablement la culture de sécurité, en particulier s’il est lié à des formations en sécurité. Les collaborateurs ayant suivi une bonne formation en sécurité sont plus conscients du climat de sécurité et des améliorations qu’ils peuvent eux-mêmes apporter. L’article ne précise pas si les entreprises non-certifiées de l’étude ont un système de management de la sécurité OHSAS 18001 non certifié ou n’ont pas du tout de système de management OHSAS 18001 (mais le texte semble laisser suggérer qu’il s’agit plutôt de cette dernière hypothèse).

Inde

Deux chercheurs indiens (6) se sont posé la même question que les auteurs de l’étude iranienne ci-dessus et ont mené leur étude dans huit entreprises chimiques indiennes. Certaines étaient certifiées OHSAS 18001, d’autres étaient certifiées ISO 9001 ou n’avaient aucune certification. Les résultats révèlent que l’obtention d’un certificat OHSAS 18001- ou ISO 9001- a une incidence positive sur les pratiques de management de la sécurité et le comportement de sécurité. L’effet était cependant moins marqué dans les entreprises munies d'un certificat ISO 9001.

Iran (2)

Une autre étude iranienne (7) a étudié comment les systèmes de management de la sécurité fondés sur la norme OHSAS 18001 impactaient le nombre d’accidents du travail. L’étude s’est basée sur les six entreprises de l’étude iranienne décrite plus haut. Une seule entreprise a enregistré une diminution du nombre d’accidents après l’obtention du certificat OHSAS 18001. Ceci confirme l’idée que le système de management n’est qu’un outil pour maîtriser les conditions de travail. L’efficacité du système dépend toujours de son utilisation dans la pratique. Par ailleurs, le résultat dépend beaucoup du signalement systématique des incidents, un élément que les auteurs disent ne pas maîtriser. Ils précisent aussi que d’autres chercheurs ont bel et bien observé une influence positive de la certification OHSAS sur les accidents du travail.

Iran (3)

Une troisième étude iranienne a étudié l’effet des systèmes de management de la sécurité sur les indicateurs de production (8) (productivité, quantité de déchets produits, production par travailleur, taux d’absentéisme, réclamations du personnel et volume de production). Les résultats montrent l’impact positif des systèmes de management de la sécurité sur ces indicateurs de production. Un lien direct a été établi entre le respect des règles de sécurité et l’optimisation des conditions de travail (influence sur les indicateurs de production).

Pays-Bas

La dernière étude (9) nous amène plus près de chez nous. En 2013, la fondation néerlandaise pour la certification des systèmes de management pour l’environnement et la sécurité au travail (sccm.nl) a interviewé 147 entreprises. Le tableau ci-dessous donne un récapitulatif des résultats. Comme la fondation a intérêt à ce que les systèmes de management formels aient une valeur ajoutée dans l’industrie, elle ne peut pas être considérée comme entièrement indépendante et ces résultats devraient être examinés d’un oeil critique.

L’on peut dire de façon générale que le fait d’adopter un système de management de la sécurité offre bel et bien une valeur ajoutée, pourvu que ce soit pour les bonnes raisons (pas seulement pour obtenir le certificat) et que suffisamment de moyens soient libérés pour la mise en place et l’entretien du système.

Tableau Résultats de l’étude de la SCCM (SCCM, 2013)

 Nette améliorationLégère améliorationIdentiqueAggravationInconnu
Connaissance des dangers et des risques liés aux conditions de travail42%39%18%0%1%
Étendue des risques liés aux conditions de travail /à la sécurité23%44%31%0%2%
Nombre d’accidents du travail13%37%43%2%5%
Taux d’absentéisme pour cause de maladie9%26%51%6%8%
Satisfaction des travailleurs7%42%39%1%12%
Risques liés aux maladies professionnelles5%31%35%1%29%
Contrôle des conditions de travail et de la sécurité39%52%8%0%1%
Respect des exigences légales en matière de conditions de travail46%37%16%0%1%

Étude sur la rentabilité d’ISO 9001 dans le secteur tertiaire

Secteur tertiaire

Un article détaillé sur l’efficacité de la norme ISO 9001 dans les entreprises de services (10) est paru en novembre 2019. Il s’agit d’une étude menée exclusivement dans des entreprises chinoises du secteur tertiaire. Cette donnée est intéressante, car la plupart des études sur les systèmes de management formels concernent l'industrie manufacturière occidentale, qui en a l’expérience la plus longue; bon nombre de ces études ont été réalisées en Espagne. Les résultats de l’étude chinoise sont intéressants pour nos entreprises car, comme le disent Yan-ying et ses collègues dans leur article, les systèmes de management formels sont de plus en plus fréquents dans les entreprises prestataires de services et même les instances publiques.

Accent sur la rentabilité

Pour évaluer l’efficacité de la norme ISO 9001, les chercheurs ont suivi l’évolution de la rentabilité des entreprises étudiées. Il s’agit évidemment d’une indication très approximative de l’efficacité d’un système de gestion intégrale de la qualité. De plus, les auteurs émettent eux-mêmes une réserve importante concernant leur méthode: les employeurs doivent restructurer leurs processus et investir dans la consultance avant d’arriver à se conformer aux exigences de la norme. Il est donc logique que leurs résultats financiers intermédiaires soient plutôt médiocres, puisqu’ils consacreront leur énergie à revoir leur propre fonctionnement plus qu’à satisfaire les demandes des clients. L’article souligne par ailleurs (traduction libre): “Nos analyses indiquent la que si la certification a un effet positif sur les chiffres de vente, elle impacte négativement la productivité, car les dépenses destinées à réparer les non-conformités signalées lors des audits [externes] sont en hausse.”

Certification précoce

Les auteurs de l’étude indiquent qu’une certification précoce est importante sur le plan commercial et du contenu, mais que son efficacité diminue si le nombre d’entreprises certifiées est en augmentation: “La certification ISO 9000 est devenue de plus en plus répandue sur le marché chinois. Une certification ISO 9000 plus tardive engendre moins de ventes supplémentaires.” L’argument invoqué par les auteurs est que la motivation intrinsèque des first adopters d’une norme de management est d’affiner leur maîtrise des processus, alors que les candidats ultérieurs semblent surtout motivés par l’intérêt commercial du certificat.

Valeur commerciale: selon le secteur

D’après les auteurs, la valeur commerciale d’un certificat dépend fortement du secteur dans lequel l’entreprise opère. Par exemple, les clients potentiels d’une marque automobile (à l’exception des gros clients et des clients de longue date) se fieront habituellement aux évaluations des utilisateurs (quand elles sont accessibles) ou des associations de consommateurs. Ainsi, en Belgique, Test-Achats met régulièrement à la disposition du grand public la fréquence d’échec des marques (par modèle disponible), un classement qui reste étonnamment stable au fil des ans. Dès lors qu’il existe des classements de qualité pour un produit donné, le consommateur moyen – et certainement les sociétés de leasing ou les grosses entreprises ayant leur propre parc de véhicules – auront tendance à s’y fier plus qu’à un certificat. Ce raisonnement vaut aussi pour d’autres biens de consommation, comme les denrées alimentaires et les appareils ménagers. Le consommateur moyen se moque de savoir si le fournisseur/fabricant de ces articles est détenteur d'un certificat ISO. Il va plutôt se baser sur l’évaluation d’une association de consommateurs qui s’intéresse au rapport qualité/prix d’une certaine marque.

Surtout les grandes entreprises

L’étude fournit également de nombreuses données sur la présence d’un certificat ISO 9001 dans le secteur professionnel tertiaire chinois. Sans grande surprise, ce sont surtout les grandes entreprises qui peuvent s’en prévaloir, et il s’agit essentiellement d’employeurs actifs dans le secteur depuis un certain temps et (en partie) d’origine étrangère.

Choisissez votre formule

Actuellement, vous n'avez pas accès aux informations que vous recherchez. 
Veuillez choisir l'une de nos formules pour accéder aux informations demandées ou contactez-nous pour un devis.