Surveillance de santé

Opinion: Un nouveau rôle pour le médecin du travail?

Les médecins du travail ont reçu des autorités des missions de contrôle. Ils doivent ainsi contribuer à assurer que les employeurs appliquent les mesures pour limiter la propagation du virus SARS-CoV-2. Est-ce vraiment une bonne idée?

Mesures Covid-19: contrôle dans les entreprises

La Direction générale du contrôle du bien-être au travail vérifie depuis l’éclatement de la pandémie de Covid-19, si les employeurs respectent suffisamment les règles sanitaires destinées à endiguer la propagation du virus (respect de la distanciation sociale, port d’un masque,...). Les chiffres concernant les contrôles effectués, rapportés par l’Echo, entraient dans le cadre d’une question parlementaire sur le sujet.

Listes de perturbateurs endocriniens (potentiels) en ligne

Le site edlists.org, une initiative conjointe de la Belgique, du Danemark, de la France, des Pays-Bas et de la Suède, répertorie les substances chimiques identifiées (ou en cours d’évaluation) comme perturbateurs endocriniens dans l’Union européenne. 

Opinion: Quand le manque de médecins du travail influence la législation

Les dispositions de l’arrêté royal du 14 mai 2019 ont à nouveau modifié les examens devant être effectués par le médecin du travail dans le cadre de la surveillance de la santé périodique. Ces changements semblent avoir été inspirés par la diminution du nombre de praticiens. Co-Prev, l’association sectorielle des Services Externes de Prévention et Protection au travail, avait réalisé une étude à ce sujet en 2017.

Santé au travail: la stratégie française sur les perturbateurs endocriniens

Dévoilée au début de septembre 2019, la deuxième stratégie nationale sur les perturbateurs endocriniens prévoit, dans son volet sur la santé au travail, l'établissement de valeurs limites d'exposition professionnelle ainsi qu'une action spécifique pour le secteur du nettoyage.

Opinion - France: vers la suppression de la surveillance périodique de la santé

La France revoit actuellement son approche de la médecine du travail fondée sur les examens médicaux de routine. Dans quel contexte?

Avis du Conseil Supérieur sur la surveillance de santé périodique

Dans son avis n° 223, le Conseil Supérieur pour la Prévention et la Protection au Travail propose de modifier le Code du bien-être au travail et de donner une nouvelle interprétation de la surveillance de santé périodique. Voici un aperçu du contenu de cet avis.

Surveillance de la santé: la fin du modèle de prévention français?

Depuis 1965, la Belgique dispose d’une règlementation extensive et détaillée pour la surveillance de la santé des travailleurs, à charge du médecin du travail. Ces obligations reflètent le modèle de prévention français. La pénurie de médecins du travail nécessaires pour effectuer les examens médicaux exigés et la remise en cause récurrente de leur utilité ont fait vaciller ce modèle. 

Modifications de la loi sur le bien-être au travail

La loi portant sur les dispositions diverses en matière d’emploi a été publiée dans le Moniteur belge du 5 février 2018. Elle modifie notamment la loi sur le bien-être au travail. Elle confirme la création d’une base de données centralisée pour la surveillance de santé des intérimaires et adapte des dispositions relatives au Conseil supérieur pour la prévention et la protection au travail.

 

Surcoûts générés par le nouveau régime de prestations et de tarification

La question parlementaire n° 973 portait sur le nouveau régime de tarification: comment va se dérouler l’évaluation prévue et comment les situations particulières des ASBL, notamment des maisons d'enfants, seront-elles prises en compte? Dans sa réponse, le ministre se réfère à la nouvelle Commission permanente Tarification et Prestations.