Recherche

Le travail de nuit après le cancer du sein

Les chercheurs néerlandais qui ont mené l’étude "Nightingale" émettent un avis de prudence quant au retour des femmes souffrant ou ayant souffert d’un cancer du sein à un poste de travail de nuit. "Ce n’est pas à conseiller, mais lorsque le profil de risque et le pronostic de santé sont bons, ce n’est pas non plus à déconseiller", semble-t-il.


 

 

Noeuds et perspectives des Nouveaux Modes de Travail

Au cours des dix dernières années, le schéma de travail traditionnel – un employé effectuant des heures fixes sur un lieu de travail fixe – s’est radicalement transformé. Des chercheurs de l’Université d’Amsterdam ont baptisé le nouveau schéma "Nouveaux Modes de Travail" (NMT). A la demande du Ministère néerlandais de l’Emploi et des Affaires sociales, les chercheurs ont étudié la relation entre ces NMT et la législation néerlandaise en matière de travail. Certaines de leurs conclusions s’appliquent également à la situation qui prévaut en Belgique.

Les heures supplémentaires augmentent le risque de dépression grave

Les personnes qui travaillent plus de 11 heures par jour ont 2,43 fois plus de risques de souffrir d’une grave dépression que celles qui travaillent entre 7 et 8 heures par jour. Tel est le constat d’une étude menée auprès de plus de 2.000 fonctionnaires britanniques.

Les dangers du volant après une nuit de garde

L’étude menée par une équipe du CHU de Caen auprès de 30 jeunes anesthésistes afin de vérifier leur aptitude à la conduite après une nuit de garde révèle que leurs performances sont altérées et que le risque d’accidents augmente. Cette altération n’est pas immédiatement réversible, elle perdure jusqu’au lendemain et au surlendemain suivant la nuit de garde. Les résultats ont été présentés au congrès de la Société européenne d’anesthésie (1) en juin 2012.

Passage à l'heure d'été et risques d'accidents du travail

Le passage à l'heure d'été a lieu chaque année en Belgique le quatrième dimanche de mars. Si avancer les montres d'une heure permet de bénéficier de la lumière du jour plus longtemps, cela ne va pas sans générer quelques perturbations, notamment au niveau du sommeil. Le manque de sommeil peut augmenter le taux d'erreurs commises, en particulier chez les travailleurs devant effectuer des tâches de précision requérant une vigilance élevée.

Travail à horaire décalé et augmentation des risques de cancer

Une étude de l'Agence Internationale de Recherche sur la Cancer de Lyon (IARC), publiée en décembre 2007, est arrivée à la conclusion que le travail posté devait être classé dans le groupe 2A ("probablement cancérogène pour l'homme") du fait de son action de dérèglement de l'horloge interne. De nombreux chercheurs étudient actuellement les effets de l'altération du rythme circadien sur la santé. Voici un état de la question présenté le 7 mai dernier lors d’une conférence sur le thème par le Dr Francis Levi, directeur de l’unité de recherche sur les rythmes biologiques et cancers au CNRS à Paris (1).

Les horaires inhabituels dans l'UE

La Fondation européenne pour l'amélioration des conditions de vie et de travail a publié récemment un rapport sur les horaires inhabituels dans l'UE. Ce rapport dresse non seulement un état des lieux de la situation en la matière dans les pays, secteurs et entreprises de l'UE, mais s'intéresse aussi aux difficultés que rencontrent les entreprises qui pratiquent des horaires inhabituels. En voici les principaux éléments.

Mère au foyer, père au foyer, ou ni l’un ni l’autre?

Le travail à temps plein est le mode de travail le plus courant au sein de l’Union européenne. Dans ce contexte, le système des horaires flexibles semble apporter une solution pour concilier travail et vie privée. Les possibilités prévues dans ce domaine varient cependant fortement d’un Etat membre à l’autre. La Fondation européenne pour l’amélioration des conditions de vie et de travail vient de publier un nouveau rapport sur l’équilibre entre vie de famille et travail à temps plein (1).