Actuel

EU: Lignes directrices pour le secteur de la coiffure

Les coiffeurs sont exposés à des risques qui peuvent entraîner des problèmes de santé (troubles musculo-squelettiques, maladies de la peau, problèmes respiratoires,…). La direction générale Emploi de la Commission européenne, a élaboré des lignes directrices non contraignantes pour le secteur de la coiffure.

Prévention des TMS: campagne européenne d'inspection

Le Comité des hauts responsables de l'inspection du travail (SLIC) mène en 2022 une campagne européenne d'inspection et de contrôle pour la prévention des troubles musculosquelettiques (TMS). La Belgique y participe aussi.

Lettre ouverte pour l’amélioration des conditions de travail des aide-ménagères

Au cours des dernières semaines, les aide-ménagères sont descendues à plusieurs reprises dans la rue en Belgique pour exiger une augmentation de salaire. Aujourd'hui, les médecins généralistes, les syndicats et les médecins du travail soulignent les mauvaises conditions de travail des aide-ménagères dans une lettre ouverte.

Quand les apps participent à l'ergonomie au bureau

On trouve sur le marché de nombreuses applications permettant de souligner l’importance d’un aménagement ergonomique du poste de travail. Ces apps ne remplacent en aucun cas l’analyse des risques obligatoire ni les conseils professionnels d'un conseiller en prévention, médecin du travail ou ergonome. Elles peuvent toutefois aider à sensibiliser le personnel aux risques liés au travail de bureau.

Un outil pour la prévention de la surcharge physique dans les entreprises de travail adapté

La Fédération bruxelloise des entreprises de travail adapté (FEBRAP) a créé un outil pour promouvoir la prévention de la surcharge physique. Il a été réalisé pour et par des travailleurs d’entreprises de travail adapté (ETA). L’outil “Postures” est une vidéo accompagnée d’un carnet pédagogique sur les postures adéquates et un port de charges correct.

74.192 invalides à cause de maux de dos

De plus en plus de Belges se retrouvent en invalidité en raison de douleurs au dos. C’est ce que laisse apparaître une enquête des mutualités socialistes auprès de 5400 membres.