Bonne Pratique

Regarder d’abord, commencer ensuite

En 2003, la raffinerie Esso d'Anvers était un endroit sûr. Les accidents les plus graves consistaient en une légère blessure à la main de la femme de ménage et une foulure à la cheville pour un agent de surveillance. Cela n’a toutefois pas empêché Esso de lancer en août 2002 un nouveau système de sécurité dénommé "Alert". Objectif: parvenir à zéro accident nécessitant des soins médicaux pour l'ensemble des collaborateurs d’Esso et des sous-traitants. Dans son mémoire pour la formation post-académique en sécurité de niveau I, Luc Smets se penche sur un aspect particulier de ce système de sécurité: l’analyse de début de travail lors de ce que l’on appelle un "turnaround".

Les travailleurs au centre

Les tâches de la ligne hiérarchique ont beau être reprises dans un joli tableau, cela ne se traduit pas dans la pratique en suivant simplement une recette toute faite. L'atelier protégé Zonnehoeve, à Eke, accorde une grande importance à la diversité de son personnel. PreventFocus s'est entretenu avec le directeur Daniël Steurtewagen, le conseiller en prévention Bea Palmers et le moniteur Jerome Van Huffel au sujet d'une approche "sur mesure" qui accorde une place centrale à la spécificité de chaque travailleur.

De la pratique au papier

L’obligation légale d’établir un plan global de prévention est souvent ressentie comme une pure démarche bureaucratique. Plus encore dans les PME, déjà submergées d’obligations de toutes sortes. Pourtant, la rédaction méthodique et rationnelle du plan global peut être l’occasion de réfléchir sur ce qui se fait déjà et de rechercher des éléments favorisant une meilleure intégration de la production et de la sécurité en entreprise. Oubliez vos préjugés: il y a moyen, en peu de temps, de réaliser un plan global efficace et rentable. Les ateliers Vanroy l’ont fait.