Bonne Pratique

"Délicieusement protégé"

La sécurité au travail ne peut devenir une véritable culture d’entreprise que si tous les membres du personnel y apportent leur contribution. Une politique de la sécurité doit donc aller plus loin que le simple fait d’imposer le port d’équipements de protection ou le contrôle des consignes de sécurité. La sécurité au travail implique aussi que les travailleurs, en posant leurs actes quotidiens, réfléchissent à la possibilité de les rendre plus sûrs. Une chute, par exemple, est vite arrivée. Une campagne de sensibilisation axée sur la prévention des accidents du travail peut être un bon moyen de conscientiser les travailleurs. Mais par où commencer? PreventFocus a posé la question au service Prévention et Protection du Gouvernement flamand.

Une politique de prévention attentive à tous

copyright Van Gansewinkel PreventFocus

L'entreprise Van Gansewinkel a ouvert les portes de son centre de transfert et de tri à Wandre à l’occasion de la campagne européenne "Lieu de travail sain. Bon pour vous. Bon pour les affaires". Ce site qui se prévaut de n’avoir connu aucun accident en 2008 nous livre à la fois un exemple de bonne pratique et le secret de son succès: allier travail et sécurité.

FARIP: une méthode pour établir un "profil de risques".

La méthode FARIP est développé par Prevent en Janssen Pharmaceutica. Cette méthode permet de dresser l’inventaire des risques en matière de sécurité, de santé et d’environnement, et d’établir ensuite un profil de risques.

Quand écoles et entreprises jouent la carte de la sécurité

Quels sont les moyens dont dispose une école pour s’assurer que ses élèves bénéficient sur leur lieu de stage des mêmes conditions de sécurité que celles qu’elle applique dans son propre établissement? L’Institut technique Sint-Lodewijk de Genk a pour sa part choisi de travailler en étroite collaboration avec Inter-Systems, l’entreprise de menuiserie qui accueille ses stagiaires. "Nos travailleurs eux-mêmes sont désormais plus attentifs aux questions de sécurité", nous glisse-t-on chez Inter-Systems.

Une dynamique d’analyse des risques: l’exemple de Caterpillar (partie 1)

Dans le cadre du symposium d’ouverture de la semaine européenne 2008, "Prévention et analyse des risques de 1998 à aujourd’hui et …à l’avenir", organisé en octobre 2008 à Bruxelles au SPF Emploi, Travail et Concertation sociale, le Conseil supérieur pour la Prévention et la Protection au travail a décerné un prix à cinq candidats qui se sont distingués par leurs bonnes pratiques. Parmi ceux-ci, Caterpillar Belgium a été récompensée pour son "Analyse de risques participative au travers de la stratégie d’entreprise". L’entreprise était représentée par son conseiller en prévention, ergonomie et hygiène industrielle, Laurent Vigneron. PreventFocus l’a rencontré.

Innovation et flexibilité dans la maintenance des trains à grande vitesse

En 2006, l’entreprise de maintenance néerlandaise NedTrain a entamé sur le site du Watergraafsmeer, près d’Amsterdam, la construction d’un nouvel atelier destiné aux trains à grande vitesse. Elle avait besoin d’un atelier flexible, offrant des perspectives pour l’avenir. NedTrain poursuivait, à travers ce projet, la grande ambition d'associer innovation technologique et renforcement de la sécurité pour ses travailleurs. PreventFocus a estimé que c'était l'occasion parfaite pour présenter à ses lecteurs les dernières évolutions du monde de la maintenance.

La gestion des produits dangereux: cas pratique d’une entreprise chimique

Par définition, une entreprise chimique utilise et stocke une grande quantité de produits dangereux. Il est donc essentiel qu’elle développe une politique de prévention efficace basée sur une parfaite connaissance des produits et de leur nocivité. Ludovic Mahieu est conseiller en prévention chez Afton Chemical. Il nous explique comment son entreprise gère les risques liés aux produits dangereux.

ExxonMobil instaure une nouvelle méthode d’analyse des incidents

L’entreprise pétrochimique ExxonMobil vient de revoir sa méthode de déclaration et d’analyse des incidents. La déclaration des incidents se fait désormais par le biais d'un formulaire spécial. L’information ainsi collectée sert de base à une analyse approfondie, réalisée à l’aide de méthodes spécifiques. Le but visé est d'arriver à mieux comprendre les incidents et à améliorer, au besoin, les systèmes de sécurité de l'entreprise. La nouvelle approche entraîne en outre une plus grande implication des travailleurs dans la prévention, ainsi qu’une analyse plus rapide des incidents mineurs.

Intégration d’une politique de bien-être en entreprise

Au cours de la session académique de Prevent, le 30 novembre 2007, Assuralia et Prevent ont remis le Pro-Safe Award 2007 à Jos Heylen et Retrival. Ces deux PME se sont distinguées par les efforts spécifiques entrepris pour améliorer la sécurité, la santé et le bien-être au travail. Par la remise d’une récompense, Pro-Safe désire non seulement encourager ce type d’initiatives, mais aussi collecter des exemples de bonnes pratiques. Ces exemples serviront de base au partage d'expériences et témoigneront de la nécessité de maintenir la performance à tous les niveaux. PreventFocus vous explique les démarches suivies par les deux gagnants 2007.

Prevent forme chez De Lijn

Au printemps 2005, Prevent organisait une formation sur la prévention des accidents du travail auprès de De Lijn Flandre occidentale. L'objectif était de sensibiliser les chauffeurs aux risques de chutes et de faux-pas.