Recherche

France: Evaluation des risques chimiques dans les petites entreprises

L’Institut National de Recherche et de Sécurité (INRS) a commandé à l’institut de sondages d'opinion IFOP une étude concernant la sensibilisation au risque chimique et la réalisation de l’évaluation des risques chimiques dans les entreprises françaises de moins de 50 salariés. Voici les principaux enseignements de l’étude.

Comment les travailleurs évaluent-ils les risques? Une enquête dans le secteur chimique

Une équipe de scientifiques belges a choisi d’analyser le comportement des travailleurs du secteur chimique à l’égard des risques de nature chimique qu’ils encourent. Pour mener à bien leur enquête qualitative, les chercheurs ont réuni plusieurs groupes de discussion et ont demandé aux participants comment ils jaugeaient les risques et quelle était leur démarche face à ces mêmes risques. Les résultats obtenus permettent de tirer quelques conclusions intéressantes susceptibles de peaufiner un peu plus encore la politique de prévention.

Le trioxyde d’antimoine: sans doute cancérogène?

 

 

Le Conseil néerlandais de la Santé s’est penché sur une série de substances fréquemment utilisées dans des circonstances professionnelles. Parmi les substances passées à la loupe, un pigment couramment utilisé, le trioxyde d’antimoine, qui serait, selon les chercheurs néerlandais, vraisemblablement cancérogène. 

Bien-être au travail dans le secteur du nettoyage

Le secteur du nettoyage est en plein essor. Pour preuve, de plus en plus d’entreprises délèguent les missions de nettoyage à des sous-traitants spécialisés. Toutefois, en dépit de sa bonne santé, le secteur reste pour l’essentiel dominé par de petites entreprises qui emploient généralement moins de dix travailleurs. Une étude de l’Agence européenne s’est penchée sur leurs conditions de travail. Conclusion: il reste encore beaucoup de chemin à parcourir.

Risques liés au transport par mer de gaz et liquides dangereux

Les risques liés au déversement en mer de gaz et liquides dangereux suite à un accident étaient peu connus. L’augmentation de la capacité et du nombre de navires rend cette menace plus aiguë. Des chercheurs français ont essayé d’apprécier le risque généré par ces cargaisons en cas d'accident maritime dans le cadre du projet "Galerne". Ce projet prend en compte un accident maritime mettant en jeu des gaziers chargés de gaz à l’état liquide ou des chimiquiers transportant une substance dangereuse qui peut s’évaporer.

Fumigation: outil de décontamination des conteneurs ou bombe à retardement?

De nombreuses entreprises aspergent leurs conteneurs de pesticides chimiques afin d’empêcher les moisissures ou les animaux nuisibles de s’attaquer à la cargaison, un procédé connu sous le nom de "fumigation". Mais cette technique laisse bien souvent des résidus qui ne sont pas sans risque pour celles et ceux qui, inconscients du danger, pénètrent dans les conteneurs sans la moindre protection.

Nanotechnologie: le boom des initiatives européennes et internationales

Vu le développement intensif de la nanoscience et la nanotechnologie dans le monde, la protection des citoyens et des travailleurs en particulier par des mesures de sécurité adéquates est devenue une nécessité. Un certain nombre d’instances et d’instituts, tant au niveau européen qu'international, planchent sur le sujet. Recherches, recommandations et directives sur l’usage des nanomatériaux sur le lieu de travail fusent de toutes parts. Un petit tour d'horizon de ces initiatives.

Le métier de coiffeur classé comme cancérogène "probable"

Le Centre international de recherche sur le cancer (CIRC) réaffirme, dans un article paru dans le numéro d'avril de la revue spécialisée britannique "The Lancet Oncology", sa conclusion de 1993: les expositions professionnelles liées au métier de coiffeur sont probablement cancérogènes. Un mot d'explication.

Le dioxyde de titane classé comme cancérogène possible

Le Centre international de recherche sur le cancer (CIRC) a déterminé en 2006 que le dioxyde de titane devait être considéré comme un cancérogène du groupe 2B ("cancérogène possible pour l'homme"). 

Nanotechnologie: point de la situation

Considérée comme la révolution technologique du 21e siècle, la nanotechnologie est en pleine expansion. Mais quel danger ces particules de taille infime présentent-elles pour notre santé et pour l'environnement? PreventActua fait le point de la situation en ce qui concerne les applications et la recherche.