Tests Covid-19 au travail: pas d’accord

Les partenaires sociaux du Conseil supérieur pour la Prévention et la Protection au travail ne sont pas d’accord avec la proposition permettant aux employeurs de proposer des tests Covid-19 que leurs travailleurs seraient libres d'accepter ou de refuser. Voici leurs arguments.

Pas adéquats… sauf exceptions
Le testing systématique dans un contexte de travail ordinaire ne contribue quasiment pas à limiter la propagation du virus. On évitera la transmission du virus en appliquant correctement les mesures de prévention plutôt qu’en proposant des tests à chaque travailleur. Ce n’est que dans certains contextes de travail particuliers où il existe un plus grand risque de propagation du virus (hôpitaux, maisons de repos,…), que les tests peuvent faire partie d’une stratégie efficace. C’est toujours la réglementation qui doit déterminer si un employeur peut soumettre ses travailleurs à des tests.

Pas toujours fiables
Les tests donneront souvent de faux négatifs ou des résultats positifs chez des personnes qui ne sont plus contagieuses. En outre, une personne non contagieuse le jour du test peut l’être le lendemain. Les tests qui mesurent les anticorps ne donnent aucune certitude non plus sur le fait d’être immunisé contre une nouvelle infection.

Libres d’accepter?
On peut se poser des questions sur le caractère volontaire de la participation d’un travailleur si les tests sont proposés dans le cadre d’une relation de travail.

Propositions des partenaires sociaux
- conférer un rôle de prévention et de coordination aux médecins du travail dans le système de Test-Track-Tracing pour ne faire tester que les travailleurs ayant été en contact avec un travailleur contaminé;
- se concerter avec les instances fédérales compétentes avant de prendre des initiatives dans la lutte contre la pandémie au travail;
- développer et appliquer avec rigueur les mesures de prévention adéquates en matière de prévention de la pandémie dans toutes les entreprises.  

Source: beswic.be

 

 

: preventMail 26/2020