PST ou la nécessité de promouvoir la santé

Sur le lieu de travail, il est possible d'éviter de nombreuses formes de risques pour la santé et de comportements nuisibles à la santé, comme l'utilisation de substances nocives, le stress, la consommation d'alcool, le tabagisme, une alimentation inadaptée et un manque d'exercice physique. Pour les entreprises, ceci se traduit en effet bien souvent par des absences pour maladie ou arrêts de travail, et donc aussi par une perte financière substantielle. Le temps est venu de s'intéresser à la promotion de la santé sur le lieu de travail (PST).
Pourquoi au sein de l'entreprise?
La Déclaration du Luxembourg (voir en marge) décrit la promotion de la santé sur le lieu de travail comme l'ensemble des efforts des employeurs, des travailleurs et de la société visant à promouvoir la santé des personnes sur le lieu de travail. Cet objectif peut être atteint en améliorant l'organisation et les conditions de travail, mais aussi la participation de tous les intéressés et l'épanouissement personnel.

Différentes raisons expliquent le rôle important que les entreprises peuvent jouer pour la santé de leurs travailleurs. Tout d'abord, il y a l'obligation légale. Toute entreprise est tenue de mener une politique de bien-être ayant pour objet la protection de la sécurité et de la santé des travailleurs (Loi relative au bien-être du 4 août 1996, MB du 18 septembre 1996). La législation stipule que cette approche doit être systématique et progressive.

En Flandre par exemple, plus de 60% de la population active passe plus d'un tiers de son temps actif au travail. Il est donc manifeste que le travail a un impact important sur la santé. Le travail génère une énergie positive et une plus grande sensation de bien-être. Par contre, un rythme de travail irrégulier, une exposition à des substances nocives ou une surcharge physique ou mentale peuvent porter préjudice à la santé.

A la lecture des chiffres, on constate que l'absentéisme par rapport au temps de travail total (dans le secteur privé) s'élevait à 6,42% en 2002 en Belgique(1). Dans ce pourcentage global, les absences pour maladie tenaient une grande part: 4,79%. Généralement, il s'agit de maladies résultant de problèmes de santé. Ces derniers sont essentiellement liés à des facteurs inhérents au mode de vie tels que le tabagisme, une alimentation déséquilibrée, la consommation d'alcool et de stupéfiants, le manque d'exercice physique. Les problèmes de santé liés au travail arrivent en seconde position: exposition à des risques physiques, pression du travail en augmentation et formes de travail flexibles. Les accidents du travail représentent la troisième cause d'absentéisme. Travail et santé s'influencent mutuellement. Des efforts doivent donc être consentis sur les deux plans, et ce, tant par les intéressés eux-mêmes que par l'environnement professionnel.

Par ailleurs, la santé a fait l'objet d'une plus grande attention au cours des dernières années. Plus que par le passé, on s'efforce de garder une bonne condition (même à un âge plus avancé) et de faire davantage d'exercice ou de sport. On prend conscience du fait que la santé constitue une source d'énergie quotidienne, y compris durant la journée de travail. La santé contribue grandement à la qualité de la vie. Elle ne constitue pas un but en soi, mais elle crée des possibilités d'épanouissement tant privé que professionnel. On est davantage prêt à faire un effort pour veiller à la santé.

Veiller à la santé = davantage qu'un double bénéfice
1. avec des travailleurs en bonne santé, l'entreprise peut plus facilement concrétiser ses objectifs;
2. les travailleurs seront plus satisfaits, ce qui aura des conséquences positives sur la qualité de leur travail, sur leur vie privée et professionnelle;
3. une entreprise saine et qui œuvre en faveur de la santé renvoie une image positive, "orientée personnel", et gagnera indubitablement en compétitivité;
4. des travailleurs en bonne santé et satisfaits sont moins souvent absents pour cause de maladie, ce qui réduit les coûts et augmente l'efficacité.

La politique
Comme indiqué précédemment, la législation stipule que la politique préventive doit être menée de manière systématique et par étapes. Nous pouvons encore citer quelques autres caractéristiques essentielles d'une politique de prévention (plus particulièrement en matière de santé):
- une vision holistique de la santé: l'attention portée à la santé et au bien-être est un moyen d'assurer un bon fonctionnement au travail et de favoriser l'épanouissement personnel;
- une politique participative et émancipatrice: les problèmes et les besoins concrets du personnel et de la direction en termes de santé et de bien-être constituent le point de départ. Dès lors, les projets et actions cadrent mieux avec la situation et la culture de l'entreprise;
- une approche intégrée: une combinaison de différents aspects liés à la santé doit être privilégiée (tabagisme, exercices physiques, alimentation saine,…);
- une approche multidisciplinaire: différentes fonctions au sein de l'entreprise doivent apporter leur participation et leur soutien (HR, direction, conseiller en prévention, comité, syndicat, travailleurs,…);
- travail sur la base de projets.

Le système de maîtrise du risque autorise une approche intégrée du bien-être et de la santé. En effet, chaque entreprise dispose ainsi d'une approche visant à détecter les risques, à les classifier selon un ordre de priorité, et enfin à prévenir ou limiter les risques.

L'approche
Prevent, le Vlaams Instituut voor Gezondheidspromotie (VIG) et la Fondation contre le Cancer ont établi plusieurs plans par étapes pour guider les entreprises dans la mise en œuvre concrète. Un manuel général intitulé "La Promotion de la santé sur le lieu de travail" est disponible, ainsi que des plans par étapes spécifiques relatifs à l'approche du tabagisme, à la mise en place d'une politique favorisant l'exercice physique et à la politique pour une alimentation saine. Le plan par étapes constitue une approche étayée scientifiquement, consistant à définir des priorités, à traiter le problème de la santé de manière systématique, à mettre sur pied des activités visant à promouvoir la santé et à mesurer et communiquer les succès obtenus. Concrètement, les différentes étapes sont mises en œuvre à partir de théories et de modèles propres à la promotion de la santé. Les 7 étapes forment un mouvement cyclique (voir p. 16):

1. créer une base de soutien pour la santé sur le lieu de travail
2. mettre en place des structures pour un projet lié à la santé
3. cerner les besoins
4. établir le plan du projet
5. mettre en œuvre le plan du projet
6. évaluer le projet lié à la santé
7. adapter et ancrer le projet lié à la santé

La mise en œuvre des différentes étapes exige des connaissances et des compétences dans différents domaines. Voilà pourquoi plusieurs "rôles" ont été définis (voir tableau 1).

Tableau 1 – les rôles dans le cadre de la PST
RôleObjetQui
ExpertSoutient le processus en partageant ses connaissances.Médecin du travail, infirmier de l'entreprise, scientifique de la santé, psychologue du travail ou de la santé.
DemandeurJustifie la PST. Il dispose à cet effet d'une capacité de motivation, présente le concept et manie les différents canaux de communication.Infirmier de l'entreprise, médecin du travail, responsable RH, conseiller en prévention, scientifique de la santé, psychologue du travail ou de la santé.
OffreurPropose des activités visant à promouvoir la santé. Il "incarne" le projet.Responsable de la formation, infirmier de l'entreprise, médecin du travail, psychologue du travail ou de la santé, scientifique de la santé.
Accompagnateur du processus Concrétise le développement de l'organisation, convainc et gère efficacement le projet.Psychologue du travail, conseiller en organisation, responsable RH, responsable stratégique.
ParticipantParticipe et contribue à toutes les phases du processus et participe activement aux activités.Chaque travailleur.
Décideur Met en œuvre des décisions relatives à l'affectation des ressources, à l'intégration des activités et aux implications dans la pratique.Responsable stratégique, Conseil de gestion, responsable financier, responsable RH.

Réseau européen
Un réseau est actif au niveau européen: le European Network for Workplace Health Promotion (ENWHP). Ce réseau coordonne l'échange d'informations relatives à cette problématique et diffuse des exemples de bonnes pratiques. Son objectif principal est d'accroître la prise de conscience relative à la PST parmi les gens qui font ou influencent la politique. L'une des méthodes consiste à rechercher des exemples de bonnes pratiques et à mettre en évidence les facteurs qui contribuent au succès. De tels exemples sont la preuve, d'une part, que l'approche est viable, et d'autre part, qu'elle produit des résultats durables. Prevent est le "National Contact Office" du réseau. Pour plus de détails, visitez le site www.enwhp.org.




------------------------------------

(1) Institut national de Statistique, SPF Economie, PME, Classes moyennes et Energie

Les plans par étapes
Vous trouverez d'autres informations concernant les plans par étapes sur http://fr.prevent.be/p/gbw-03.

Coûts et bénéfices
L'investissement dans la PST n'est pas gratuit. Quels avantages un employeur peut-il en retirer? Selon un expert en PST (qui met en œuvre des programmes contre le tabagisme dans de grandes entreprises), une analyse coûts-bénéfices est une "tâche extrêmement complexe". Toutefois, cet expert avance sans hésiter qu'"un fumeur coûte mille euros de plus à l'entreprise qu'un non-fumeur en raison de l'absentéisme".
www.gbw.nl

Engagement européen
Les participants au Réseau européen pour la promotion de la santé sur le lieu de travail ont signé, les 27 et 28 novembre 1997, la "Déclaration du Luxembourg pour la Promotion de la santé sur le lieu de travail dans l'Union européenne". En voici quelques extraits:
- "Le succès futur des entreprises dépend de collaborateurs qui sont bien qualifiés, motivés et en bonne santé. La promotion de la santé sur le lieu de travail joue un rôle décisif pour préparer les collaborateurs et les entreprises pour réussir ce défi."
- "Les entreprises qui s’engagent dans la promotion de la santé sur le lieu de travail réduisent les coûts relatifs aux maladies et améliorent leur productivité. Il en résulte des travailleurs en meilleure santé, une motivation renforcée, un meilleur moral et un climat de travail amélioré."
- "La PST influence de nombreux facteurs qui favorisent la santé des travailleurs. Ce sont, entre autres:
    - les politiques d'entreprise et les méthodes qui identifient le personnel comme un élément clé pour le succès de l'entreprise (...);
    - une culture et une gestion de l'entreprise qui encouragent la participation, la motivation et la responsabilisation de tous les travailleurs;
    - une organisation du travail qui propose aux travailleurs un équilibre suffisant entre les exigences du travail, le contrôle sur son propre travail, les aptitudes et le soutien social;
    - une politique du personnel qui souscrit de façon active à la promotion de la santé des travailleurs;
    - une intégration de la protection du travail, de la santé et de la sécurité."
- "La PST ne peut atteindre l'objectif "des travailleurs sains dans des entreprises saines" que si elle repose sur les principes suivants:
    - chaque travailleur doit être impliqué (participation);
    - la PST doit jouer un rôle dans les décisions importantes prises dans tous les secteurs de l'entreprise (intégration);
    - toutes les mesures et tous les programmes doivent reposer sur un cycle de résolution des problèmes: analyse des besoins, établissement des priorités, planification, exécution, contrôle continu du processus et évaluation (gestion de projet);
    - la PST comprend des mesures orientées vers l'individu et l'environnement dans différents domaines. Elle combine la réduction du risque avec le développement des facteurs de protection et du potentiel de la santé (multidisciplinaire)."
: PreventFocus 2005/3