Opinion: Quand le manque de médecins du travail influence la législation

Les dispositions de l’arrêté royal du 14 mai 2019 ont à nouveau modifié les examens devant être effectués par le médecin du travail dans le cadre de la surveillance de la santé périodique. Ces changements semblent avoir été inspirés par la diminution du nombre de praticiens. Co-Prev, l’association sectorielle des Services Externes de Prévention et Protection au travail, avait réalisé une étude à ce sujet en 2017.

: preventFocus 01/2020