NOSACQ-50 (Nordic Occupational Safety Climate Questionnaire)

Le NOSACQ est un questionnaire qui permet d’étudier dans quelle mesure les travailleurs considèrent la sécurité au travail, comment ils vivent la politique de prévention, et dans quelle mesure ils prennent en compte les règles et les procédures de sécurité qui existent. Dans cet ordre d’idée on parle aussi de climat de sécurité (‘safety climate’) au sein d’une organisation.

Le climat de sécurité donne donc une image de la perception qu’ont les travailleurs des véritables valeurs de leur organisation en matière de sécurité. Au sein d’une organisation ne règne généralement pas un seul climat de sécurité. Celui-ci peut varier selon les niveaux hiérarchiques, les départements, les divisions ou même les équipes. Le NOSACQ sonde donc les perceptions partagées par des groupes de travailleurs.

Questionnaire internationale
NOSACQ signifie 'Nordic Occupational Safety Climate Questionnaire'. L’outil a été développé par un groupe de chercheurs scandinave (Danemark, Suède, Finlande, Norvège, et Islande). Le questionnaire a tout d’abord été validé en Scandinavie, et ce, dans divers secteurs industriels (construction, transport, entreprises de production, de soins de santé, etc). Le NOSACQ a ensuite été traduit dans différentes autres langues. Actuellement, il est disponible en: chinois, danois, allemand, anglais, finois, français (Belgique), hongrois, islandais, italien, néerlandais (Belgique et Pays-Bas), norvégien, perse, polonais, portugais, russe, slovène, espagnol, tchèque, et suédois.

La disponibilité du questionnaire en différentes langues permet de mener des études en matière de climat de sécurité à une échelle internationale (multinationale). Les résultats qui sont reçus du monde entier sont rassemblés (de manière anonyme) dans une base de données internationale. Ceci doit permettre à terme l’établissement de comparaison fiables.

Plus d'info sur NOSACQ

NOSACQ - Prevent
Prevent a traduit le questionnaire NOSACQ en français et en néerlandais. En 2010, ces versions traduites ont été validées par enquête auprès de 1300 employés de 16 différentes entreprises belges.
Prevent agit en tant que point de contact international pour les enquêtes NOSACQ en Belgique. C’est ainsi que Prevent maintient des contacts étroits avec le siège social de NOSACQ au Danemark (NRCWE, National Research Centre for the Working Environment).
Les questionnaires NOSACQ sont utilisés par Prevent comme outil diagnostic en vue d’orienter et d’améliorer la prévention et le bien-être das l’entreprise.

Les étapes pratiques d’une enquête NOSACQ
Prevent soutient les entreprises dans la mise en oeuvre d’une enquête NOSACQ. Les resultats peuvent être ensuite utilisés comme point de départ pour améliorer la politique et la culture de sécurité.
Lors d’une enquête conduite par Prevent, on parcourt les étapes suivantes:

  • Au cours d’un entretien avec la personne de contact de l’entreprise, une discussion a lieu à propos des des attentes de l’entreprise. On y aborde aussi les possibilités et des limites de l’enquête NOSACQ, les résultats qu’elle permet d’obtenir et ceux qu’elle ne peut atteindre.
  • Pour administrer l’enquête, les employés sont répartis au mieux en groupes fonctionnels (unités, départements).
  • Le questionnaire est adapté aux souhaits de l’entreprise (des questions sur le genre, l’âge, l’ancienneté, etc. peuvent être ajoutées ou enlevées)
  • Les questionnaires sont distribués aux employés, puis rassemblés après qu’ils aient été complétés. Notons que l’anonymat des participants doit être garanti.
  • Pour l’encodage des données, on a le choix: ou bien Prevent s’en charge, ou bien c’est l’entreprise elle-même qui s’en charge par internet (online, 'SurveyMonkey').
  • Quand tous les questionnaires sont rassemblés, Prevent procède à un traitement des données et à une analyse statistique.
  • Les résultats font alors l’objet d’un rapport. Il présente une vue globale de l’échantillon (nombre de réponses, division par département/unité, fonction, genre, âge et ancienneté). Les scores NOSACQ (pour les sept dimensions) sont communiqués à l’ensemble de l’organisation, aux supérieurs comme aux employés, et par département/unité. (Le climat de sécurité au sein d’un groupe n’est fiable qu’à partir de 12 répondants minimum par groupe (unité/département)!) Tous ces resultats sont interprétés et  comparés à un groupe de référence (benchmark). Sur cette base, des propositions d’amélioration sur mesure sont présentées au client.
  • Les conclusions du rapport sont présentées à la direction de l’entreprise.

Plus d'info sur les services de Prevent concernant Nosacq? Contactez-nous 016/910 910, prevent [at] prevent [dot] beformulaire de contact.

Pourquoi s’intéresser au climat de sécurité?
Les recherches montrent que le climat de sécurité d’un groupe de travailleurs est un bon prédicteur de comportements sûrs (ou non), d’incidents et d’accidents. Plutôt que de s’intéresser seulement au nombre d’incidents et d’accidents, le NOSACQ permet d’approcher la sécurité au travail d’une manière plus positive et productive.

Un score élevé au NOSACQ révèle une culture adaptée, forte, où les gens partagent dans l’organisation certaines valeurs et convictions en matière de sécurité et de prévention, et où ils agissent. Il s’agit donc de règles non écrites qui déterminent comment les travailleurs interagissent, travaillent ensemble et communiquent. On étudie comment cela influence le niveau de risque et de sécurité dans l’entreprise.

Ce que n’est pas le NOSACQ
Le NOSACQ donne une idée de la manière avec laquelle un groupe de travailleurs vit et perçoit la sécurité dans l’entreprise. Mais l’enquête ne dit pas pourquoi il en est ainsi. Le NOSACQ permet seulement de poser un premier diagnostic. On peut le comparer à la première image que se fait un médecin généraliste de la santé de son patient. Pour mettre au jour les causes plus profondes d’un problème médical donné, il faut avoir recourt à des recherches approfondies et faire appel à des spécialistes.

Comment ça marche
Le NOSACQ est un questionnaire. Il est à distribuer aux travailleurs d’une organisation. Ceux-ci le complètent par écrit, anonymement. Pour ce faire, l’organisation est divisée au mieux en groupes fonctionnels (équipes, unités, divisions). Le travailleur individuel est considéré comme une sorte d’observateur et de rapporteur de perceptions partagées au sein du groupe.

Le NOSACQ se compose de 50 questions (c’est pourquoi on parle aussi de NOSACQ-50). Chaque question propose quatre possibilités de réponse (Echelle de Lickert), allant de ‘Pas du tout d’accord’ (1), ‘Pas d’accord’ (2), ‘d’accord’ (3), ‘Tout à fait d’accord’ (4). 22 des 50 questions concernent la politique de prévention du management et de la maîtrise; les 28 autres questions s’intéressent à la manière dont les travailleurs eux-mêmes se positionnent vis-à-vis de la sécurité.

Pour ce qui concerne les questions relatives au management et à la maîtrise, aucune distinction n’est faite entre le management de niveau supérieur (direction) et les chefs directs (ligne hiérarchique). Le NOSACQ tente donc d’appréhender la perception qu’a un groupe de travailleurs de l’ensemble de la ligne hiérarchique,  de sa poltique et de ses pratiques en matière de sécurité (même si pour certains travailleurs, cela semble assez abtrait). Ce faisant, le NOSACQ entend éviter le plus possible que l’enquête ne se transforme en une évaluation individuelle de chefs directs.

Un climat en sept dimensions
Les scores aux 50 questions permettent un regard sur sept dimensions du climat de sécurité au sein d’une organisation. Sur base des scores obtenus pour ces dimensions, on peut établir des priorités en vue de renforcer la politique et la culture de sécurité.

Dimension

Exemple de question

Perceptions partagées à propos de l’encadrement (management et supérieurs directs)

1) Importance (priorité) donnée à la sécurité (par rapport à la production), engagement, compétence (9 items)

"La maîtrise accepte que les employés prennent des risques en cas de délais serrés"

 

2) Soutien et incitation à la participation (7 items)

"La maîtrise encourage les employés à participer à la prise de décisions ayant un impact sur leur sécurité"

3) Justice (6 items)

"La maîtrise recherche des causes, et non des coupables, lorsqu'un accident se produit"

Perceptions partagées à propos de soi-même (les travailleurs à leur propre propos)

4) Engagement (6 items)

 

"Nous, qui travaillons ici, ne nous sentons pas responsables de la sécurité de chacun"

5) Importance de la sécurité et non-acceptation du risque (7 items)

 

"Nous, qui travaillons ici, acceptons les comportements dangereux tant qu'il n'y a pas d'accident"

6) Communication, apprentissage et confiance en la compétence des collègues (8 items)

 

"Nous, qui travaillons ici, pouvons parler librement et ouvertement de la sécurité"

7) Confiance en la politique de prévention (7 items)

 

"Nous, qui travaillons ici, considérons que les contrôles de sécurité et audits aident à déceler les risques importants"

 

 

Plus d'info:

http://www.arbejdsmiljoforskning.dk/da/publikationer/spoergeskemaer/nosacq-50