Les ouvriers du bâtiment et le coronavirus

Des mesures de prévention sont prévues pour protéger les employés du Covid-19. La plupart d’entre eux font d’ailleurs du télétravail. Qu’en est-il des ouvriers des entreprises de construction? La CSC Liège dénonce des mesures insuffisantes. La Confédération de la construction demande des mesures transitoires. Quels sont les problèmes signalés?

Trop de personnes rasssemblées
Les ouvriers qui font du covoiturage pour se rendre sur leur chantier restent confinés dans un véhicule pendant plusieurs heures. En outre, ils sont souvent nombreux à se partager les réfectoires et ce, sans décalage des heures de pause (pour réduire le nombre de personnes présentes).

Désinfection des mains et des outils
Tous les chantiers n’ont pas du désinfectant ou du savon pour se laver les mains. En outre, aux changements d’équipe, il faudrait pouvoir désinfecter les engins de chantier employés par d’autres. Et quelles mesures de prévention prendre lors du passage des outils de main en main?

Manque d’information
L’employeur ne relaye pas toujours suffisament les informations sur les mesures à prendre auprès de ses ouvriers isolés sur les chantiers. Et les informations données aux sous-traitants étrangers ne parlant pas la langue ont-elles bien été comprises? Par ailleurs, les représentants du CPPT ne sont pas toujours informés ou leur avis n’est pas toujours demandé sur les mesures prises ou à prendre. Enfin, les cas suspects ne sont pas signalés et il n’y a dès lors pas de mesures de prévention prises. 

Solutions proposées
Pour la CSC, les chantiers qui ne disposent pas de sanitaires avec des produits pour se laver les mains devraient être fermés le temps de se conformer à cette mesure. Les engins de chantier et autres véhicules devraient être désinfectés. Les pauses repas devraient être décalées pour éviter une grosse affluence et le covoiturage ne devrait pas être autorisé. Il devrait aussi y avoir du désinfectant dans les réfectoires et les ouvriers en contact avec des cas suspects devraient être mis en quarantaine.

Demande de mesures transitoires
La Confédération de la construction se dit consciente de la difficulté pour de nombreuses entreprises de la construction de respecter les mesures de distanciation. Elle demande des mesures transitoires, afin de disposer du temps nécessaire pour suspendre les chantiers, ce qui peut prendre plusieurs jours.

 

Sources: 7sur7.be (17.03.2020), bx1.be (18.03.2020)

 

: preventMail 11/2020