Le nouveau virus 2019-nCoV

Une épidémie causée par un nouveau coronavirus, le 2019-nCoV, sévit en Chine depuis la fin décembre 2019. D'autres pays ont depuis lors aussi été touchés. La situation évolue rapidement. Quels sont les symptômes? Que peuvent faire les entreprises?

2019-nCoV?

Les coronavirus, ou CoV, sont responsables d'un grand pourcentage des rhumes courants chez les adultes. Le virus 2019-nCoV est une nouvelle variante du coronavirus.
Les deux autres variantes connues sont le SRAS (severe acute respiratory syndrome ou syndrome respiratoire aigu sévère) et le MERS (Middle East respiratory syndrome ou syndrome respiratoire du Moyen-Orient), qui ont sévi respectivement à la fin de 2002 et en 2014..

Origine
L’origine du virus 2019-nCoV est probablement le marché aux animaux de Wuhan, une ville de la province chinoise de Hubei comptant onze millions d'habitants. La source est probablement le pangolin, dont les écailles de ces animaux sont utilisées dans la médecine traditionnelle chinoise. Les vecteurs de la maladie sont en général des mammifères: pour le MERS, c'était les chameaux; pour le SRAS, c'était la civette.
 
Transmission

La maladie se transmet entre humains par l'air, la toux ou les éternuements, par contact direct (mains) ou indirect (contact avec des objets contaminés suivi d’un contact avec le nez, la bouche ou les yeux).
Etre contaminé par un paquet en provenance de Chine est très peu probable. Les coronavirus ne survivent pas bien en dehors du corps et certainement pas sur du carton, du matériel d'emballage ou d'autres objets. Les autres coronavirus ne se propagent pas de cette manière et il n'y a aucune raison de penser qu'il en aille autrement pour ce nouveau coronavirus.

Contagion

L'infectiosité (R0 = le nombre de personnes infectées par une personne) est selon les estimations actuelles de 2,0 – 4,0. Ce taux est du même ordre que celui du SRAS (3,0). La période d'incubation, soit le temps qui s'écoule entre l'infection et l’apparition des symptômes de la maladie, varie entre deux et quatorze jours. Une personne peut en infecter d'autres pendant cette période, parce qu’elle ne sait pas qu’elle a été infectée par le virus.

Des masques pour prévenir l’infection?
Un masque buccal ordinaire n'arrête pas l'infection. Seuls les masques respiratoires de type FFP2 ou FFP3 sont efficaces, mais en raison de la résistance respiratoire, les porter toute la journée est loin d’être confortable. La résistance à la respiration est encore plus grande avec un masque de type FFP3.

Symptômes?
Les personnes atteintes de ce coronavirus ont de la fièvre et des symptômes respiratoires: toux, rhinite, mal de gorge ou pneumonie. Les personnes âgées de plus de 65 ans semblent particulièrement sujettes aux complications, avec un risque de décès plus élevé.
 

L’épidémie en Belgique?
Au moment d’écrire ces lignes (11 février 2020), il y a un cas confirmé de contagion par virus 2019-nCoV en Belgique. Au total, il y a actuellement 461 cas en dehors de la Chine, dont 41 en Europe. Il n'y a pas encore de propagation épidémique du virus 2019-nCoV en dehors de la Chine. En outre, l'incidence de la maladie en Chine semble maintenant se stabiliser.
Si une épidémie devait néanmoins se produire en Belgique, l'effet pourrait être comparable à celui d'une épidémie de grippe. Pour rappel, chaque année, plus d'un demi-million de Belges sont infectés par la grippe et en moyenne 1000 personnes meurent de cette maladie infectieuse, principalement des personnes de plus de 65 ans et des personnes dont la résistance est affaiblie.

 
Conseils aux voyageurs

Le SPF Affaires étrangères a adapté ses conseils aux voyageurs en fonction des recommandations de l'OMS (Organisation mondiale de la santé). Les voyages dans la province de Hubei sont déconseillés, de même que les voyages non essentiels dans les autres provinces de Chine. Les voyageurs présentant des symptômes tels que de la fièvre et des difficultés respiratoires pendant le voyage ou dans les deux semaines qui suivent leur retour de Wuhan sont invités à contacter un médecin par téléphone en mentionnant leur voyage.

Mesures dans les entreprises

Les personnes récemment rentrées de Chine ne peuvent pas être obligées par leur entreprise à prendre un congé de maladie. Elles peuvent toutefois demander à télétravailler pendant la période d'incubation de deux semaines et, en cas de symptômes, consulter leur médecin traitant pour détecter une éventuelle infection par ce coronavirus.Il n'existe pas encore de vaccin ou de médicament contre cette maladie infectieuse. L'entreprise peut prévenir la propagation du virus en encourageant les mesures d'hygiène (hygiène des mains, en cas de toux et d’éternuements) et en informant les travailleurs sur le sujet par courrier électronique et/ou au moyen d’affiches. Les masques buccaux (voir aussi ci-dessus) ne peuvent actuellement pas être considérés comme une mesure. Pour se préparer à une éventuelle épidémie, les entreprises peuvent penser à établir un plan de continuité des activités. Un business continuity planning est de toute façon utile: on y recense les actions à prendre et les communications à transmettre en cas d'urgence, afin de garantir la continuité dans la prestation des services.

 
Sources:
- RIVM
 
A propos de l’auteur:
Edelhart Kempeneers
Médecin spécialisé dans la médecine du travail. Il est actuellement directeur médical chez Attentia.
: preventActua 04/2020