Covid-19: Procédure de retour au travail pour les non-soignants

Les mesures liées à la lutte contre la propagation du coronavirus ont un impact sut le retour au travail des travailleurs malades. Le service externe de prévention Cesi a publié un schéma sur son site. Que doivent faire les travailleurs non-soignants quand ils se sentent prêts à reprendre le travail après avoir eu des symptômes  ou une contamination au coronavirus?

Deux options (non-soignants)
Cesi distingue deux options pour les travailleurs ne faisant pas partie du personnel soignant et qui ont en congé de maladie suite à des symptômes suspects de coronavirus ou une contamination au coronavirus confirmée:
1) il leur est possible de télétravailler
2) il est nécessaire qu’ils retournent à leur poste de travail.

Télétravail
Si, dans leur entreprise, il est possible de télétravailler, les travailleurs contactent le service des ressources humaines et planifient leur reprise en télétravail. Ils continuent à respecter les règles de confinement, d’hygiène et de distanciation sociale à la maison.

Retour à leur poste de travail
S’il est nécessaire qu’ils retournent à leur poste de travail et s’ils ne présentent plus de symptômes (plus de fièvre ni de difficultés respiratoires ni de courbatures) depuis au moins 7 jours, les travailleurs contactent le service des ressources humaines pour planifier un entretien de pré-reprise avec le médecin du travail. Le médecin du travail, sur base des rapports médicaux (ou d’un contact avec le médecin traitant), conclura que le travailleur:
-   est apte à reprendre le travail (et doit donc respecter les mesures sanitaires d’hygiène et de distanciation sociale au travail)
-   n’est pas prêt à reprendre le travail. Il en informe alors son médecin traitant.

Rôle de l’employeur
L’employeur affilié à un service externe de prévention et de protection au travail (SEPP) organise si nécessaire (voir ci-dessus) l’entretien de pré-reprise de travail. Il informe le médecin du travail des mesures actuellement en place dans son organisation: ce dernier pourra ainsi en tenir compte dans son évaluation de l’aptitude du travailleur à reprendre le travail de manière à garantir sa protection et celles de ses collègues au travail.

Source: cesi.be

 

 

: preventMail 15/2020