Brûlé? Eau tempérée en priorité!

Les services de secours constatent à longueur d’année la gravité des dégâts et des blessures provoqués par les incendies. Les décès liés aux incendies sont principalement causés par des brûlures qui se sont révélées fatales. Quels sont les types de brûlures? Comment réagir? 

Un équipement de protection précieux
La peau est l'enveloppe protectrice du corps. Elle permet de réguler la température du corps et empêche le dessèchement des vaisseaux sanguins, des organes, des muscles,… Elle barre le passage aux substances toxiques et assure l'élimination des toxines par la transpiration. La peau est composée de trois couches:
- l'épiderme (couche superficielle la plus mince de la peau): il contient de nombreuses terminaisons nerveuses qui nous permettent de sentir et de toucher;
- le derme (couche la plus épaisse de la peau): il est irrigué par des vaisseaux sanguins;
- l'hypoderme: il contient beaucoup de vaisseaux sanguins et à certains endroits, des tissus adipeux (graisseux). Cette couche protège les muscles, les tendons mais aussi l'ensemble des organes des chocs physiques et des changements de température.

Brûlure?
Une brûlure est une destruction totale ou partielle de la peau, des parties molles des tissus et même des os. La gravité de la brûlure varie en fonction de différents critères: la source de la brûlure (feu, produit chimique), l'étendue de la lésion, la profondeur de la brûlure, la localisation de la brûlure (p.ex. une lésion au visage peut engendrer des problèmes respiratoires) ou encore l'âge de la victime.


Les brûlures peuvent être classées selon la profondeur de la blessure:
- brûlure de premier degré: seul l’épiderme est touché (p.ex. un coup de soleil);
- brûlure de second degré: une brûlure de ce type est considérée comme superficielle lorsque l’épiderme et une partie du derme sont touchés. Elle est qualifiée de profonde lorsque la totalité de l’épiderme et du derme est détruite. Ce genre de brûlures nécessite des soins médicaux;
- brûlure du troisième degré: dans ce cas, la peau est carbonisée et l’épiderme, le derme ainsi que l’hypoderme sont détruits. A ce stade, le traitement médical est indispensable.
On parle parfois de brûlure du quatrième degré pour désigner des lésions qui atteignent les muscles ou les os.

D'abord de l'eau tiède!
Une brûlure est une porte ouverte aux infections. Adoptez rapidement les gestes qui sauvent:
- commencez par supprimer (si possible) la cause de la brûlure ou éloignez-vous;
- arrosez immédiatement la plaie pour refroidir la brûlure avec de l'eau tempérée (20°C) pendant au minimum 20 minutes. La rapidité d'exécution est déterminante. L'eau refroidit la zone brûlée, limite la douleur et protège la brûlure;
- n'utilisez ni glace, ni eau glacée;
- si vous avez une cloque, ne la percez pas, les bactéries en profiteraient pour pénétrer dans la plaie;
- pendant l'arrosage, retirez les vêtements à l'exception de ceux qui adhèrent à la peau;
- s'il s'agit d'une brûlure simple, l'arrosage peut être poursuivi jusqu'à ce que la douleur disparaisse;
- après l'arrosage, appliquez un pansement stérile sur la plaie sans percer la cloque;
- si la brûlure devient chaude, gonfle ou continue à faire mal dans les 24 heures, consultez un médecin.

Brûlure grave?
- Si la blessure est très étendue, allongez la victime (de préférence sur un drap propre) sur la zone du corps épargnée et surélevez légèrement ses jambes;
- alertez les secours (100 ou 112) et mentionnez l'état de la victime;
- surveillez l'évolution de la victime. Si elle éprouve des difficultés respiratoires, placez-la en position semi-assise;
- en attendant l'arrivée des secours, couvrez la blessure d'un drap ou d'une serviette propre imbibée d'eau froide mais surtout pas de coton hydrophile.

Vos vêtements prennent feu?
Si vous ou vos collègues n'avez pas d'équipements de protection résistant aux flammes, vos vêtements peuvent prendre feu en quelques instants. Si cela survenait, voici les gestes qui sauvent:
- roulez la personne touchée au sol;
- couvrez-la avec un vêtement ou une couverture en excluant les matières synthétiques;
- arrosez-la d'eau;
- si vous êtes vous-même victime d’un accident de ce type, ne courez jamais avec des vêtements qui s'embrasent.

Gestes à proscrire!
- N'utilisez pas de coton classique (hydrophile) car il colle à la brûlure.
- N'appliquez pas de corps gras ou de remèdes de grand-mère sur la plaie (huile, beurre, vinaigre...).
- Ne retirez pas les vêtements qui adhèrent à la peau brûlée.

Autres risques pour la santé en cas d’incendie
Si le risque thermique responsable des brûlures est le plus évident, il ne faut cependant négliger ni le risque que représente l’intensité lumineuse des flammes pour les yeux ni l’effet nocif des fumées et des gaz. Les fumées et les gaz sont les premiers responsables des décès lors des incendies. Ils peuvent agir par:
- asphyxie: en cas d'incendie, la concentration en oxygène (21% en temps normal) diminue rapidement;
- intoxication: en cas d'incendie, certains produits issus de la combustion des matériaux sont particulièrement nocifs. Parmi ceux-ci, le monoxyde de carbone (CO) reste le toxique majoritaire: on le retrouve en quantité dans toute combustion de matériaux. Il est inodore et donc indécelable;
- opacité: les fumées peuvent compromettre l’évacuation et l’intervention des secours.

 

Sources: www.brulures.be, VCA, Afirst, INRS

: PreventActio 01/2016