Bien adapter son poste de travail

Employé de bureau, vous vous pensez à l'abri des risques professionnels? Ne soyez pas si confiant. La quatrième enquête européenne sur les conditions de travail révèle que 16% des travailleurs occupés dans le secteur administratif présentent des maux de dos et 14,4% des douleurs musculaires. Pour éviter d'être atteints par ces douleurs handicapantes, vous devez avant toute chose adapter votre poste de travail.

La position assise traditionnelle néfaste pour le dos
La station debout verticale est la position de référence pour le dos. Dans cette position, les courbures naturelles de votre dos sont les mieux respectées. Les pressions et les tensions au niveau du disque et des ligaments sont les plus faibles et les plus équilibrées. En position assise, par contre, la flexion de la hanche qui fait "rouler" le bassin vers l'arrière pousse le dos à s'arrondir automatiquement. A long terme, la position arrondie du dos entraîne une série d'effets sur la colonne vertébrale:
- les disques intervertébraux sont pincés à l'avant;
- les ligaments postérieurs sont distendus;
- la pression discale est augmentée;
- les disques sont mal nourris.

Bien régler sa table et sa chaise
Un siège réglable permet de corriger les effets néfastes de la position assise, à condition qu'il soit bien réglé. Si vous ne réglez pas votre siège, il ne sera pas efficace et pourra même causer des douleurs. Il faut régler plusieurs paramètres:
- hauteur du siège: la hauteur du siège doit être réglée en fonction de la hauteur de la table. Le bord supérieur du plan de travail doit arriver au niveau des coudes fléchis à 90°. Si la table est trop haute, elle gêne la position des bras et des épaules. Une fois cette hauteur réglée, portez attention à vos pieds. Ils doivent reposer sur le sol en formant un angle de 90°. Si ce n'est pas le cas, abaissez la table si elle est réglable en hauteur ou utilisez un repose-pied;
- profondeur de l'assise: c'est la distance entre l’avant de l’assise et le dossier. Lorsqu'elle est correctement adaptée, elle permet d’assurer un bon soutien des cuisses et d'éviter que la circulation ne soit entravée dans le creux des genoux. La profondeur d’assise est idéale lorsqu’il est possible d’introduire quatre doigts entre l’assise du siège et le creux du genou;

 

 

 

 

 

 

- hauteur du dossier: le dossier permet de soulager la pression sur le dos et de relâcher les muscles et les ligaments du dos. Il doit cependant se trouver à la bonne hauteur, ce qui consiste à faire correspondre le bombement de la partie basse du dossier avec le creux lombaire de l'utilisateur afin de soutenir la courbure naturelle du bas du dos;


- inclinaison de l'assise et du dossier: les sièges ergonomiques possèdent généralement un réglage de la tension du ressort permettant l'inclinaison de l'assise et du dossier en fonction du poids de l'utilisateur. Ce réglage permet de basculer la chaise vers l'avant ou vers l'arrière et ainsi de varier les positions de travail. L'idéal est de faire basculer la chaise vers l'avant pour un travail actif (écrire, utiliser le clavier de l'ordinateur) et vers l'arrière pour un travail passif (répondre au téléphone, discuter,…);


- accoudoirs: les accoudoirs servent à soutenir le coude et à soulager ainsi les muscles des épaules. Ils permettent aussi d'éviter de poser les coudes sur la table ce qui exerce une pression. Les accoudoirs doivent être positionnés à hauteur du plan de travail, à la verticale de l'épaule et à une distance permettant l'appui du coude sans gêner l'avancée du siège vers la table. Lorsque le coude est posé sur l'accoudoir, les épaules doivent être relâchées.
 

: Objectif Prévention 1/2014