Œuvrer à une meilleure protection

Febelsage a décidé de marquer le coup et de fêter son 30e anniversaire le 23 mars 2005. L’occasion d’un retour en arrière avec Gilbert Vandeputte, le président qui est à la barre de Febelsafe depuis plus de 30 ans déjà.
Le petit coup de pouce extérieur
Febelsafe regroupe les fabricants et importateurs d'équipements industriels de protection individuelle et collective de sécurité. Sa création date de 1973 et a pu se faire grâce à un petit coup de pouce extérieur. Le président Gilbert Vandeputte se souvient comment tout cela s’est mis en place. “La fédération est née de la présence au salon des textiles Textirama d’une série de fabricants, notamment dans le domaine des vêtements de protection. Le Commissaire-général du ‘Commissariat-général du Gouvernement’ aux expositions nationales du travail, M. Fourmoy, s'est dit qu’il s’agissait d’une occasion intéressante pour mettre au point une approche commune et regrouper les exposants. Je suis moi-même intervenu en tant que porte-parole des fabricants. A la suite du salon Textirama, le commissariat-général a souhaité organiser un salon spécialement dédié à la sécurité, et on a vite compris qu’il fallait une approche plus formelle sous la forme d’un interlocuteur officiel. C’était l’occasion de fonder la fédération Febelsafe!”

Partager les connaissances et l’expérience
Après 30 ans, l’association est toujours aussi active et c’est le premier président élu, Gilbert Vandeputte, qui continue de la diriger. L’association entend défendre les intérêts du secteur et bien plus encore. “Aujourd'hui comme par le passé, constate Gilbert Vandeputte, Febelsafe travaille activement à la revalorisation du domaine de la sécurité. Je considère que nous avons pour mission de mettre nos connaissances et notre expérience à la disposition des autres, tels que les partenaires sociaux, les conseillers en prévention, les assureurs,... et de favoriser ainsi la conscientisation et une meilleure information des utilisateurs finaux. C’est la seule façon de permettre aux utilisateurs finaux de choisir les mesures de protection adéquates.”

Marquage CE avant la lettre?
Augmenter la qualité chez l’utilisateur final est une chose, mais il faut aussi assurer un niveau de qualité élevé à la fabrication. Febelsafe a joué un rôle pionnier dans ce domaine également. Pendant les premières années de l’association, le logo pouvait être utilisé comme un label de qualité. Gilbert Vandeputte explique: “Les membres qui souhaitaient utiliser le logo sur leurs équipements de protection individuelle devaient signer une déclaration. Dans cette attestation, ils devaient déclarer que les EPI qu'ils fournissaient offraient la qualité requise. Et il n'y avait pas que la déclaration. Les EPI qui portaient ce label de qualité étaient soumis à des tests. A cette époque, ces tests étaient effectués par AIB et, plus tard, le marquage CE est apparu, mais c’est une autre histoire.”

Marché transparent
L’introduction du marquage CE (1) pour la mise sur le marché des EPI constitue en effet l’un des changements les plus marquants survenus pendant l’existence de Febelsafe. Une évolution qui présente des bons et des mauvais côtés, selon Gilbert Vandeputte. “Le marquage CE a en tous les cas fait en sorte que le marché s’ouvre en grand. Le fabricant peut opérer sur un marché bien plus large, mais doit faire face à une énorme concurrence. Le marquage CE a aussi généré des frais supplémentaires importants qui ne pouvaient pas toujours être répercutés sur le client. L’avantage pour les utilisateurs finaux, indiscutablement, est qu’ils savent mieux à quoi s’en tenir. Les informations fournies avec les EPI s'en sont trouvées grandement améliorées. Mais, d’un autre côté, un marquage CE est seulement une présomption de conformité avec les exigences essentielles et la marque CE n’est en rien un label de qualité. C’est en effet le résultat de l’analyse des risques qui apporte l'ensemble des éléments requis pour atteindre la conformité. Ce qui induit parfois les utilisateurs en erreur. Il y a certainement encore du travail de ce côté-là pour les fabricants, mais aussi pour le législateur et le secteur de la normalisation. Febelsafe s'efforce de jouer un rôle important à cet égard. Notre association est membre de l’union professionnelle européenne, ESF, et gère en plus son secrétariat. Nous sommes ainsi impliqués au niveau européen dans le processus décisionnel et les activités de normalisation.”

Chaque médaille a son revers
L’utilisation des EPI n'est pas toujours mise en avant parmi les mesures de prévention. “A juste titre,” estime Gilbert Vandeputte. “En tant que fabricants d’EPI, nous devons avoir l'honnêteté de signaler d’autres possibilités, des mesures techniques par exemple, quand elles sont plus indiquées que la protection individuelle. Cela fait partie d’un service de qualité. D’un autre côté, il faut comprendre que les mesures techniques ne peuvent pas tout résoudre et que, bien souvent, les EPI constituent l’unique et la meilleure solution. Et nous avons dû nous battre pour faire valoir ce point de vue. Dans certains milieux – entre autres dans le monde syndical – régnait l’idée selon laquelle l’EPI était une chose à éviter. Une position qui ne contribue en rien à la protection des travailleurs. Elle a fait naître certaines réticences chez les travailleurs envers l’utilisation des EPI. Heureusement, dans ce domaine, les choses ont bien évolué ces dernières années et le changement de mentalité est manifeste.”

Gilbert Vandeputte attribue ce changement de mentalité à plusieurs facteurs. “La société évolue clairement vers une qualité de vie. Les gens accordent plus d’importance à la protection de leur santé et à leur sécurité et ne tolèrent plus certaines choses. Cette évolution s’est traduite en partie dans la législation. Le niveau de protection n’a fait que s’améliorer ces dernières décennies. De plus, les EPI ont subi eux aussi une grande évolution. L’application de nouvelles technologies et de nouveaux matériaux ainsi que la recherche appliquée font que les EPI d'aujourd'hui n'ont plus grand-chose à voir avec ceux d'hier. Les EPI sont devenus bien plus confortables, sans pour autant réduire le niveau de protection. Le design évolue lui aussi, de telle sorte que la plupart des EPI sont au goût du jour. A tel point que dans certains cas, le port d’un EPI est considéré comme un symbole social et un signe de savoir-faire. Prenons par exemple les travailleurs de voirie. La différence par rapport aux vêtements qu’ils portaient il y a 10 ou 20 ans est énorme. Maintenant ils portent presque tous des vêtements de signalisation, et ils les portent correctement. C’est dans leur intérêt, car ces vêtements améliorent non seulement leur visibilité mais leur assurent également une protection adéquate contre la pluie et le froid.”

En route vers le futur
Gilbert Vandeputte tient toujours fermement les rennes de Febelsafe, mais il songe tout doucement à l'avenir: “Dans quelques années, j’espère pouvoir transmettre le sceptre à un autre président. Il est temps de placer quelqu’un d’autre au gouvernail. J’espère seulement que l’association poursuivra dans la voie qui a été tracée. J'estime qu'il est essentiel que l’association continue à transmettre notre expérience et nos connaissances à d'autres, aux utilisateurs finaux mais aussi aux intermédiaires. Par ailleurs, je pense que nous devons veiller à notre propre formation et que nous devrions par exemple en prévoir une pour les collaborateurs de nos membres. Cela ne pourra que profiter à la qualité.”
Comme on le voit, le président veut plus que jamais œuvrer à une meilleure protection.


------------------------------------------------------------------

(1) AR du 31 décembre 1992 (MB du 4 février 1993), transposition de la directive 89/686/CEE du 30 décembre 1989.

La fédération
Febelsafe compte environ 40 membres. Parmi ceux-ci, on trouve certaines multinationales telles que Ansell, 3M, UVEX, Sioen, Brady, Comasec, Vandeputte, ainsi que des grandes entreprises. La division de Pareto indique qu'environ 20% des membres génèrent environ 75 à 80% du volume des affaires. Le marché total des EPI (vêtements de travail non compris) en Belgique est évalué grosso modo à 400 millions d'euros par an.

Award
Le 23 mars, Febelsafe a fêté ses 30 ans d’existence par une séance académique. A l’occasion de cet anniversaire, le Febelsafe Award a été attribué pour la première fois. Ce prix est destiné à une PME qui s’est distinguée dans la gestion des équipements de protection individuelle.
: PreventFocus 2005/3